Blessure de non reconnaissance de l’homme ou de la femme

La non reconnaissance de l’homme ou de la femme

C’est une blessure que j’ai découverte au cours de mes accompagnements. Dans cette blessure, nous cherchons la reconnaissance de l’autre sexe pour nous informer que nous sommes bien un homme ou une femme, que nos comportements sont bien masculin ou féminin. Généralement, dans cette blessure, je ne reconnais pas mon identité et la notion de plaisir est difficile à concrétiser. Cette blessure, je la relie au chakra sacré qui est celui de notre identité terrestre et qui détient nos plaisirs et les sensations agréables qui vont avec.

Pour mieux comprendre cette blessure, voici une sorte de poème qui me vient spontanément :

Non reconnue par l’homme, je ne suis pas femme
Non reconnue par l’homme, je ne suis pas désirable
Non reconnue par l’homme, je ne suis qu’une fille de joie
Non reconnue par l’homme, je me sens vide de sens
Non reconnue par l’humanité, je me sens seule et esseulée
Non reconnue par l’humanité, je perds ma joie, mes plaisirs
Bafouée par les humains, les hommes et les femmes
Je me suis enfermée dans cette cage
Celle où je crois que je ne dois jouer qu’un seul rôle
Celui que je crois que l’on m’a attribué
Suis-je la none ou bien la nymphomane ?
Suis-je martyr ou tyran ?
Tout dépend de ce que vous percevez de moi
Ayant oublié, perdu mon identité terrestre
Je la recherche à travers vos jugements
J’ai oublié que c’est moi qui forge mon identité chaque jour
J’ai oublié que les jugements que vous portez sur moi ne sont qu’une illusion
Non reconnue par moi-même, je me suis perdue
J’ai perdu ma joie de vivre
A trop chercher vos approbations sur la femme que je dois être
Aujourd’hui, je me relève
Aujourd’hui je vois cette femme merveilleuse que je suis, celle que je peux devenir
L’horizon s’ouvre devant moi pour me laisser être qui j’ai envie d’être
Aujourd’hui, c’est moi qui choisi l’image que je veux de moi
Libre à vous d’interpréter mes faits et gestes comme bon vous semble
Je sais dorénavant que c’est vous-même que vous contemplez à travers moi
La joie refait petit à petit son nid
Et pendant ce temps je danse ma vie au rythme effréné de ma féminité
Bienvenue à ce féminin que j’ai tant cherché à travers vous
Et que finalement je trouve au fond de moi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *